Objets santé connectée

Les objets connectés s’immiscent peu à peu dans notre quotidien. Après la maison, le sport et les loisirs, la santé figure désormais parmi les domaines d’application de l’Internet des objets ou Internet of Things.

Du bracelet connecté permettant de mesurer le rythme cardiaque à la balance connectée pour connaître la masse grasse, la santé connectée est en train de devenir une véritable révolution sur la santé. Zoom sur les objets connectés au service de la santé.

Qu’est-ce qu’un objet connecté ?

Ces dernières années, on en entend beaucoup parler, et ce n’est pas encore près de s’arrêter. Les objets connectés sont devenus une réalité qui révolutionne le quotidien. Egalement connu sous le nom d’« Internet of Things » (IoT) ou « Internet des Objets » (Ido), l’objet connecté est tout simplement un objet communiquant qui est capable de communiquer des informations vers un autre objet via un réseau comme Internet.

A la différence des TV et des radios, qui sont aussi des objets connectés mais uniquement récepteurs, les objets connectés sont à la fois des capteurs d’informations, des émetteurs et des effecteurs. Autrement dit, ils peuvent réaliser une action suite à une information détectée, telle que le déclenchement d’une alarme en cas d’intrusion.

L’objet est généralement un objet électronique, tel qu’une montre ou une balance. Le récepteur des informations est soit un autre objet connecté, soit un serveur informatique dans le cas d’un gros volume de données ou Big data, soit un ordinateur/tablette/smartphone.

L’Internet des Objets appliqué au domaine de la santé est appelé la santé connectée. Il s’agit d’un objet ou appareil équipé de capteurs qui capte, enregistre et analyse des informations sur la santé. Ces données seront transmises sur l’ordinateur, le smartphone ou la tablette via un câble Internet ou par ondes radio. La liaison est assurée par un site Internet ou une application mobile. Rendues compréhensibles pour l’utilisateur, les informations sont accessibles au médecin traitant ou à un membre de la famille pour un meilleur suivi à distance de la santé de l’utilisateur.

Les différents types d’objets connectés

Selon leur usage, on distingue deux types d’objets connectés santé :

Les dispositifs médicaux connectés

Comme leur nom l’indique, ce sont des objets ou appareils médicaux destinés à mesurer et surveiller les paramètres vitaux d’un patient dans le cadre d’une maladie chronique ou de la prévention d’un risque sanitaire. Ils ont pour principale fonction d’améliorer le suivi médical ou le parcours du patient à distance. Les dispositifs médicaux connectés ont un double intérêt.

D’une part, le patient gagne en autonomie en surveillant l’évolution de sa maladie ou l’effet d’un traitement. D’autre part, le médecin peut ajuster avec précision et à temps le traitement grâce aux données collectées.

Dans cette catégorie de santé connectée, on peut distinguer plusieurs types d’objets de santé connectés selon leur fonction :

  • Les objets connectés pour se prendre en charge : ce sont des appareils permettant de « s’automesurer » pour mieux prévenir ou pour permettre un suivi médical à distance par le médecin soignant. On cite entre autres le glucomètre connecté, le tensiomètre connecté, l’oxymètre de pouls connecté et le moniteur de santé connecté.
  • Les objets de santé connectés pour être surveillé à domicile : avec le vieillissement de la population et le désir des seniors de vieillir à domicile, la santé connectée est un véritable allié aussi bien pour l’utilisateur, pour sa famille que pour les médecins. En effet, elle permet de surveiller et d’interpréter à distance les paramètres médicaux du patient. Les objets connectés peuvent aussi servir pour assurer une télésurveillance à domicile des personnes âgées ou atteintes d’Alzheimer. Grâce au bracelet connecté, les proches, les médecins ou les secours via une plateforme d’assistance seront immédiatement alertés en cas de chute ou de sortie du périmètre géographique autorisé pour le malade d’Alzheimer.
  • Les objets de santé connectés pour être soignés à distance : la santé connectée s’applique aussi aujourd’hui à la télémédecine. Grâce à des objets ou des systèmes tels que la télécardiologie, les patients seront suivis au quotidien, même depuis chez eux, par rapport à leur traitement, comme le port d’un défibrillateur ou stimulateur cardiaque. De plus en plus pratiquée de nos jours, la téléconsultation est aussi un domaine d’application de la santé connectée. Le matériel nécessaire pour faire une consultation à distance est considéré comme un objet connecté.

Les objets orientés vers le bien-être

Sur le marché des objets connectés, on voit aussi aujourd’hui fleurir des appareils ou objets qui permettent de suivre son activité physique, son poids ou son sommeil et de s’autoévaluer. Ces objets permettent surtout de rester en forme et de prendre soin de soi. Parmi ces objets, on retrouver :

  • Les objets pour se challenger : ce sont les fameux trackers d’activités physiques qui captent et analysent des données liées aussi bien à son poids, au nombre de kilomètres qu’on a parcourus qu’aux calories brûlées. Ils sont surtout là pour contrôler et donner de la motivation dans ce que l’on fait. Montre, bracelet et balance connectée font partie de cette catégorie.
  • Les objets pour se surveiller : ce sont les objets permettant de surveiller son poids, son alimentation ou encore son sommeil. Le capteur de sommeil, le scanner d’aliments ainsi que la balance connectée appartiennent à cette catégorie.
  • Les objets connectés pour dépister ou prévenir : la santé connectée est un excellent outil de prévention dans le domaine de la santé et du bien-être. Comme leur nom l’indique, ces objets servent notamment à prévenir ou à dépister certaines maladies ou troubles. Ainsi, de nombreux bracelets et montres connectées permettent de suivre le rythme cardiaque ou la tension. Il y a aussi le pilulier intelligent qui rappelle aux utilisateurs l’heure de la prise de médicament.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *